La Directive Basse Tension (LVD)

La directive 2014/35/UE du Parlement européen et du Conseil - du 26 février 2014 et transposée en Italie par le décret législatif n° 86 du 19 mai 2016 - harmonise la législation des États membres relative aux équipements électriques destinés à être utilisés dans des limites de tension spécifiques. La directive vise à garantir que les équipements électriques concernés disposent d'une protection adéquate contre les dangers électriques de toutes sortes. Se référant aux normes techniques CEI/ISO EN – auxquelles doivent se conformer les fabricants de produits électriques – la directive explique les risques attendus pour la santé et la sécurité, en définissant les paramètres pour lesquels les appareils sont sûrs par rapport à leur utilisation prévue.

Cette directive s'inscrit dans le cadre législatif de la libre circulation et de la commercialisation des produits dans la communauté européenne. Son objectif ultime est d'éviter les risques liés à un produit ou à un phénomène, défendant ainsi un intérêt commun des citoyens et des entreprises européens.

Le nom anglais de cette directive est : Directive Basse Tension;

Son acronyme abrégé est : LVD ;

Son code est : 2014/35/UE ;

Les directives précédentes sur ce sujet, qui ne sont plus en vigueur aujourd'hui, sont : 2006/95/CE, 73/23/CEE.

Il est utile de connaître les références des anciennes directives car on les retrouve souvent dans la documentation des produits ou des composants, mais aussi dans les lois et réglementations européennes si elles n'ont pas été récemment mises à jour.

Champs d'application: La directive 2014/35/UE (LVD) concerne les matériels électriques à courant alternatif et à courant continu de tension nominale respectivement comprise entre 50 et 1000 V et entre 75 et 1500 V.

Le nécessaire requis: les produits entrant dans le champ d'application de la directive, pour être mis sur le marché européen, doivent être conformes aux exigences essentielles décrites à l'annexe 1 de la directive. D'une manière générale, les exigences essentielles de la directive concernent un niveau élevé de protection de la santé et de la sécurité des personnes, des animaux domestiques et des biens, tout en garantissant le fonctionnement du marché intérieur.

Principaux contenus de la directive

  • Locaux
  • Champs d'application
  • Définitions
  • Le nécessaire requis
  • Obligations du fabricant
  • Obligations des autres opérateurs économiques
  • Mouvement libre
  • Présomption de conformité et normes harmonisées
  • Évaluation de la conformité
  • Organismes notifiés
  • Marquage CE

Analyse des circuitsLocaux

Les motivations qui ont conduit à la rédaction de la directive elle-même sont comprises comme des « Prémisses ».

Champs d'application

Le champ d'application définit les catégories de produits ou de phénomènes réglementés par la directive. Souvent, un critère général est exprimé accompagné de listes explicites de produits/phénomènes soumis à la directive et de produits/phénomènes exclus de la directive afin de clarifier des situations particulières.

Définitions

La rubrique « Définitions » regroupe toutes les explications spécifiques des principaux termes utilisés dans la directive, utiles pour bien comprendre le champ d'application.

Le nécessaire requis

Les exigences essentielles sont les exigences auxquelles le produit doit répondre pour être mis sur le marché. Les exigences essentielles se trouvent souvent à l’annexe I de la directive.

Obligations du fabricant

Le fabricant (ou son mandataire dans la Communauté européenne) est le principal responsable de la mise sur le marché d'un produit. Ce chapitre décrit les obligations et les procédures qu'il doit suivre, en se référant aux annexes de la directive pour des explications et réglementations plus détaillées.

Obligations des autres opérateurs économiques

Les distributeurs et détaillants sont également responsables s'ils commercialisent des articles non conformes aux directives européennes. Ils doivent vérifier que le fabricant a fait réaliser le test de sécurité électrique, que le produit possède la déclaration UE de conformité et qu'il porte le marquage CE.

L'importateur potentiel doit s'assurer que les procédures de vérification de la conformité du produit ont été effectuées, doit vérifier la présence du marquage CE et s'assurer que la documentation technique du produit est à la disposition des autorités nationales compétentes.

Mouvement libre

Les États membres doivent présumer que les produits portant le marquage CE sont conformes à toutes les dispositions des directives applicables exigeant son apposition. Ils ne peuvent donc interdire, limiter ou empêcher la mise sur le marché et la mise en service sur leur territoire de produits munis du marquage CE, sauf si les dispositions relatives au marquage CE ont été appliquées de manière inappropriée.

Présomption de conformité et normes harmonisées

Les directives qui nous intéressent sont associées à une liste de normes harmonisées qui est publiée au Journal Officiel Européen. Les normes harmonisées facilitent grandement la vérification de la conformité d'un produit aux exigences d'une directive. Ces normes décrivent en détail comment les tests ou autres types d'évaluation nécessaires à la vérification de la sécurité électrique doivent être effectués.

S'il existe des normes harmonisées pour un produit couvrant toutes les exigences de la directive - si ces normes sont appliquées de manière complète et si le produit passe tous les tests requis par les normes elles-mêmes - alors on peut supposer que le produit est conforme aux exigences de sécurité. En l’absence de normes harmonisées adaptées au produit, la démarche est plus compliquée et plus coûteuse.

Equiper un laboratoire adapté pour effectuer les tests requis par les normes harmonisées coûte assez cher. Pour cette raison, les fabricants s'appuient souvent sur des laboratoires d'essais externes pour les tests de sécurité électrique.

Organismes notifiés

En Europe, c'est l'organisme qui peut effectuer une évaluation de la conformité en agissant en tant que tiers ou évaluer si celle réalisée par le fabricant et ses laboratoires de confiance est correcte. Toutefois, dans la plupart des cas, le recours à un organisme notifié n’est pas prévu ou en tout cas pas nécessaire.

Marquage CE

Les produits conformes à toutes les dispositions des directives applicables exigeant le marquage CE doivent le porter. Ce marquage indique notamment que les produits sont conformes aux exigences essentielles de toutes les directives applicables et qu'ils ont fait l'objet d'une procédure d'évaluation de la conformité prévue par les directives elles-mêmes. Les États membres sont également tenus de prendre les mesures nécessaires pour protéger le marquage CE.

Sicom Testing avec sa vaste expérience propose une large gamme de services pour tests de sécurité électrique.

Pour demander de plus amples informations sur ce sujet, écrivez à info@sicomtesting.com
ou appelez le +39 0481 778931.

Articles Liés

exposition_humaine téléphone de pluie Maison familiale Sécurité Système de mesure DAS

47 réflexions au sujet de “La Direttiva Bassa Tensione (LVD)”

  1. Bonsoir. S'il vous plaît, je voudrais savoir si les rapports d'essais LVD sont obligatoires pour les disjoncteurs et nécessitent l'intervention d'un organisme notifié. Même question pour les illuminations de Noël. Merci

    Répondre
    • Bonjour,
      Les disjoncteurs relèvent de la LVD, des rapports de test sont donc requis pour démontrer leur conformité ; l'intervention d'un organisme notifié n'est pas nécessaire puisque selon le principe (9) de la directive LVD : "Cette directive ne prévoit aucune procédure d'évaluation de la conformité nécessitant l'intervention d'un organisme notifié."
      Concernant les illuminations de Noël, elles relèvent de la DBT si elles sont destinées à être utilisées à une tension nominale comprise entre 50 et 1 000 V en courant alternatif et entre 75 et 1 500 V en courant continu, sinon elles relèvent de la directive générale de sécurité des produits (2001/ 95/CE); de plus, si plusieurs lumières de Noël sont utilisées pour créer une installation, cette dernière (en Italie) doit également respecter la réglementation sur les installations.
      Cordialement
      Test Sicom

      Répondre
  2. Quelles consignes dois-je suivre pour un panneau photovoltaïque de balcon 39V et 10,8A DC... avec un micro-onduleur de 350W à 230Volt AC connecté au réseau domestique en parallèle du distributeur (branché) ? On parlerait d'une puissance finale avec 1 panneau de 350W alors qu'avec 2 en parallèle de 700W en AC.

    Répondre
    • Bonjour,
      Les modules individuels doivent être conformes aux exigences des directives :
      -Basse tension
      -Compatibilité électromagnétique
      -RoHS
      Cordialement
      Test Sicom

      Répondre
      • Mais l'ensemble "panneau + onduleur + boîtier avec protections + fiche" ne devrait-il pas avoir un seul marquage CE dans son ensemble, même si les composants individuels portent déjà ce marquage ?

        Répondre
        • Bonjour,
          Si l'ensemble "panneau+onduleur+boitier avec protections+prise" est vendu à l'utilisateur final comme un seul produit, oui, il doit avoir un seul marquage, les directives applicables sont les mêmes.
          Cordialement
          Test Sicom

          Répondre

Questions et commentaires

Si vous avez des questions ou des commentaires
Sicom Testing se fera un plaisir de vous répondre.